wrapper

«La philosophie en tant qu’antidote à la barbarie»

FFMG web1La Présidente de la Région Attique, Réna Dourou s’est adressée aux participants du Festival de la Philosophie en Grande-Grèce (Festival della Filosofia in Magna Grecia), à l’Institut Italien de Culture, lors de la conférence de presse ayant pour objet la présentation du festival. C’est la troisième année que le Festival della Filosofia in Magna Grecia se déroule dans notre pays, (du 20 au 25 mars), avec la participation de 700 élèves et leurs enseignants italiens. L’objectif du festival est l’initiation des jeunes à la philosophie, par l’intermédiaire de l'expérience.

Veuillez trouvez, ci-joint, le discours de la Présidente de la Région Attique :

«C’est la troisième année consécutive que nous accueillons le Festival della Filosofia in Magna Grecia, avec la participation d’élèves et de professeurs italiens. Je tiens tout d’abord à remercier tous ceux et toutes celles qui ont œuvré à la préparation de ce festival.

Il s’agit d’un événement culturel unique qui aspire à familiariser les jeunes avec la culture, la philosophie classique, le drame.

Un événement culturel, que, nous, dans la Région Attique, souhaitons d’en faire une institution définitive, afin de pouvoir accueillir en Grèce, le berceau de la connaissance et de la civilisation, d’élèves de toute l’Europe, de toutes les régions européennes.

Car, mes amies et mes amis, si le Festival della Filosofia in Magna Grecia n’existait pas, il aurait fallu que nous l’inventassions. Et ce de toute urgence, puisqu’aujourd’hui, les principes de la démocratie, de la liberté, de la justice, de l’égalité, de la solidarité, de l’intolérance sont remis en cause, qu’il s’agisse de l’actuelle crise des migrants ou des réfugiés, ou du futur des sociétés européennes.

Il est désormais urgent de faire prévaloir les notions de la philosophie et la connaissance sur celles de l’ignorance, l’intolérance et de toute forme de fondamentalisme. Car le fondamentalisme répugne la philosophie, celle-ci étant l’antidote à la barbarie, l’expression de l’humanisme.

Or, la réponse d’Aristote à la question «à quoi sert la philosophie?», telle qu’elle a été transposée par le professeur Nuccio Ordine dans son discours, ici, à Athènes, il y a deux ans, est actuellement plus pertinente que jamais. Dans son œuvre «Métaphysique», comme l'a récemment rappelé le Professeur Ordine, Aristote affirmait que la philosophie «ne sert pas », parce qu’elle ne rend pas service, elle n’est  pas au service d’aucune personne, puisque c’est une science autonome qui enseigne le chemin de la liberté: tout comme un homme libre « qui existe pour lui-même et non pour un autre».

C’est, alors, ce chemin de la liberté, des personnes libres, de la connaissance et de la conscience de soi, que, cette année, les élèves italiens vont parcourir, en Attique, à Epidaure, à Delphes.

Cette année ils vont parcourir des itinéraires de la connaissance, vers l’amitié, la communication altruiste, la connaissance et la compréhension mutuelle. Ce sont précisément ces valeurs qui unissent les peuples et les cultures de la Méditerranée. C’est à nous tous, aux autorités élues, aux enseignants, aux parents, aux élèves, qu’il incombe de soutenir ces valeurs.

A cet égard, nous soutenons des institutions telles que le Festival della Filosofia in Magna Grecia. Car, ces institutions répondent aux questions et aux doutes qui traversent les sociétés de l’Europe, en se référant aux pensées plus authentiques centrées sur les valeurs universelles de la philosophie grecque.

La Région Attique, soutient cet effort, comme elle soutient tout effort mettant en avant la culture et la connaissance, en tant que composantes d’une proposition collective pour notre avenir commun. Loin des isolationnismes nationalistes, des approches considérant la philosophie comme un «luxe», une sorte de «dommage collatéral», comme l’écrivait Zigmund Bauman.FFMG web2

Non, mes amies et mes amis. La philosophie, les valeurs d’Aristote, de Platon et de Socrates ne sont pas « un luxe superflu ». Elles sont indispensables pour faire face à la crise de la démocratie, la crise morale dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Ce sont les composants pour les sociétés civiles et non pas de consommateurs. Le moyen de survie pour aujourd’hui et pour demain. C’est notre devoir vis-à-vis, notamment, des jeunes. Nous avons l’obligation de préserver les principes et les valeurs de l’humanisme en faveur des jeunes générations et contre l’approche économiste  selon laquelle il n’existe qu’une voie à sens unique.   Il s’agit d’un défi majeur qui nous n’avons pas le droit de laisser passer.

En ce qui concerne la Région Attique, vous pouvez nous considérer comme un bon ami engagé à vie.

Je vous remercie».


Independent Office of International Affairs

Tel.: +30 213 2063 521, 529, 812, 668.
e-mail: oia@patt.gov.gr

A- A A+
Τα cookies επιτρέπουν μια σειρά από λειτουργίες που ενισχύουν την εμπειρία σας στο patt.gov.gr. Χρησιμοποιώντας αυτόν τον ιστότοπο, συμφωνείτε με τη χρήση των cookies.